Mémoire technique formation et assistance

Contact/Devis

Formez-vous à la rédaction de mémoires techniques qui répondent parfaitement aux attentes des acheteurs publics

Prochaines dates de formation => Dates des formations

Une formation qui va au-delà des classiques mémoires techniques types couramment proposés.

ENTREPRISES :

  • privilégiez des mémoires techniques de qualité
  • plutôt que des exemples et modèles de documents-types totalement inadaptés entrainant le rejet de l'offre

Ce programme se concentre sur la personnalisation aux besoins des clients, la stratégie, et l'optimisation de vos réponses aux appels d'offres.

Augmentez vos chances de remporter des contrats avec des mémoires techniques qui se démarquent. 

  • Attention ! Il s'agit d'un document spécifique à chaque marché.
  • LA PREUVE : dans un jugement récent, le tribunal administratif de Paris offre une base juridique aux acheteurs publics pour rejeter les offres techniques génériques fondées sur des exemples sans valeur ajoutée (TA Paris, 5 janvier 2023, n° 2328772).

Difficultés des entreprises pour rédiger le mémoire technique

mémoire technique

PME, vous répondez à des appel d'offres publics et votre offre est souvent rejetée suite à l'application des critères de choix des offres prévus au règlement de la consultation.

  • La note attribuée à votre mémoire technique a entrainé le rejet de votre offre le plus souvent en raison de son caractère générique et qui ne répond donc pas aux attentes.
  • Sachez que le rejet de votre offre est fréquent en cas de "mémoire technique trop général et donc insuffisamment précis et spécifique".

Pourquoi vos notes sont-elles insuffisantes ?

 On pense généralement :

  • qu'il suffit de démarrer d'un document-type puis de l'adapter au marché
  • ou d'expliciter le CCTP vu qu'il est représentatif du besoin,
  • et qu'une présentation de l'entreprise est pertinente.

Or, vous avez testé et rien de ce qui précède ne fonctionne.

C'est logique vu que les acheteurs ne raisonnent pas ainsi.

Le poids croissant du critère de la valeur technique : 40, 50, 60 et parfois 70% !

Les leviers d'attribution sont souvent les mêmes : Valeur technique de l'offre, prix, délais et éventuellement d'autres critères.

Or, comme vous le constatez, la valeur technique d'une offre a tendance à prendre une importance décisive. De plus l'acheteur doit respecter les dispositions du code de la commande publique, sa marge de manoeuvre s'en trouve encadrée.

L'objectif de cette formation est d'améliorer votre taux de réussite en rédigeant des documents personnalisés et répondant aux besoins et exigences du client. 

Une formation parmi 4 pour optimiser vos mémoires techniques et accroître votre réussite

Programme de formation au mémoire technique

Cliquer sur l'image pour accéder aux programmes. Cliquer => pour les Dates des formations

Voir dans chaque programme : Expertise du formateur, lieux, objectifs, public visé et dates

Dates des formations

  • Les modules sont indépendants.
  • Chaque module dure un jour.
  • Formules en inter-entreprises, intra en vos locaux ou en formation à distance en temps réel.
  • Pas de sous-traitance.
  • La tenue des formations est garantie (Jamais d'annulation par nos soins).
  • Formateur certifié, diplômé en droit des contrats publics, 30 années d'expérience dans les marchés publics (Côté acheteur et entreprises).

Formation ou assistance pour les entreprises (Offre technique et dématérialisation)

Des domaines variés (BTP, gardiennage, nettoyage, formation, informatique, ...)

Le document d'offre technique concerne tous les types d'activités : BTP (gros oeuvre, électricité, couverture, peinture, menuiseries, VRD, ...), le nettoyage des locaux ou industriel, le gardiennage et la sécurité, les diagnostics immobiliers, les analyses environnementales, les services informatiques, les prestations de formation professionnelle, les fournitures médicales ...

Les prestations possibles : formation et/ou assistance

Les besoins des entreprises concernent notamment les formations à la constitution des documents de réponse (administratifs ou techniques) mais aussi le conseil et l'assistance pour répondre aux appels d'offres qui est un accompagnement par un consultant spécialisé, certifié et diplômé en marchés publics.

Dans votre entreprise ou en formation à distance

Les modes d'interventions sont variés que ce soit à distance avec Internet ou sur les site des entreprises sur tout le territoire (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Strasbourg, Lille, Nice, Guadeloupe, Martinique, La Réunion, ...). Quelle que soit votre localisation il existe une solution y compris pour les sociétés étrangères.

Il ne faut pas non plus oublier la formation à la réponse électronique (dématérialisation) et/ou l'assistance correspondante.

Site créé par Frédéric MAKOWSKI

Caractéristiques et conseils

Définition : Mémoire technique, mémoire justificatif ou note méthodologique ?

Il n'existe pas de terminologie officielle en la matière. Les textes relatifs aux marchés publics ne parlent pas de mémoire technique. Ce sont les acheteurs publics qui notent la valeur technique au travers d'un document qu'ils appellent généralement "mémoire technique".

On lira fréquemment : mémoire technique, mémoire technique justificatif, mémoire technique explicatif, note méthodologique, mémoire justificatif, mémoire explicatif, mémoire méthodologique, note technique, offre technique, ... mais il peut y avoir d'autres vocables.

Il fait parfois l'objet d'un cadre de réponse technique fourni dans le DCE.

Le dossier de consultation des entreprises (DCE) comporte :

  • le règlement de la consultation pièce essentielle pour la réponse à l'appel d'offres.
  • des pièces de prix à compléter par l'entreprise comme un BPU associé à un DQE lorsque les prix sont unitaires, une DPGF en cas de prix forfaitaires,
  • des cahiers des charges (CCAP, CCTP, CCAG, CCTG),
  • l'acte d'engagement,
  • voire des formulaires DC1 DC2 DC4 à compléter par les entreprises candidates.

Quid des "mémoires techniques types" et autres "copier-coller" ?

Le peu (voire l'absence) de personnalisation de la réponse au dossier concerné est un problème central pour la rédaction des mémoires techniques dans les marchés publics. 

Il va de soi que les pratiques qui consistent à s'inspirer d'un "mémoire technique type" sont à proscrire pour des raisons évidentes. Il en est de même des copier-coller classiques sans adaptation pertinente qui conduisent quasi-systématiquement à l'échec.

A éviter => Les classiques méthodes liées au "mémoire technique type" avec ses banalités et la technique du "copier-coller" qui font des ravages en la matière. A signaler également la technique du "modèle de mémoire technique" censé permettre de produire un document en quelques minutes. Notons que l'on ne peut pas non plus se contenter d'expliciter le CCTP.  

Comme vous l'avez peut-être constaté, certains acheteurs mettent en garde les entreprises candidates sur ces pratiques inadaptées (et en particulier sur l'utilisation de modèles types) en insérant des avertissements dans leur règlement de consultation.

Pour les entreprises candidates à un marché, que ce soient des PME, TPE ou de grandes entreprises, le mémoire technique utilisé dans les réponses aux appels d'offres publics ou privés est un document très important qu'il est évidemment nécessaire de personnaliser.

Il est notamment utilisé par les acheteurs publics pour analyser les offres. Ce document sert en particulier à noter l'offre technique au travers du critère de la valeur technique, un des critères utilisé pour déterminer l'offre économiquement la plus avantageuse. Il doit être pertinent, spécialement adapté à la demande et rédigé selon une méthode fiable.

Pour autant l'acheteur ne doit pas toujours prendre pour de l'argent comptant ce qui figure dans le document et contrôler la véracité des éléments qui y sont portés.

La rédaction de l'offre technique est capitale et s'inscrit dans les 5 étapes pour répondre à un appel d'offres.

Attention de respecter les exigences du RC

Si l'acheteur impose des exigences dans son règlement de la consultation vous devez les respecter.

Ainsi, dans son mémoire technique, une société qui se borne à mentionner qu’elle disposait des différents personnels qualifiés qui pourraient être spécifiquement affectés au marché, sans produire aucun élément justificatif à l’appui de cette déclaration, rend son offre "non-conforme", c'est à dire irrégulière (CE, 21 mars 2018, n° 415929, département des Bouches-du-Rhône).

De même le mémoire technique doit comprendre la description détaillée des prestations si le règlement de consultation du marché l’impose. Si l’offre technique produite par une société soumissionnaire ne comporte pas certaines descriptions exigées l'offre correspondante ne respectant pas les exigences formulées dans les documents de la consultation, elle est irrégulière (CAA Bordeaux, 24 mai 2018, n° 16BX01333).

La valeur technique d'une offre : Un critère de choix de plus en plus important

Critères d'attribution prévus par la règlementation des marchés publics

La règlementation des marchés publics prévoit que l’acheteur public peut librement choisir les critères de sélection des offres. Les critères doivent figurer dans l’avis d’appel public à la concurrence ou dans les documents de la consultation. Ces critères ne doivent pas être discriminatoires, ils doivent, par contre, être liés à l’objet du marché et suffisamment précis.

Selon l'article R2152-7 du code de la commande publique (Création Décret n°2018-1075 du 3 décembre 2018) pour attribuer le marché au soumissionnaire ou, le cas échéant, aux soumissionnaires qui ont présenté l'offre économiquement la plus avantageuse, l'acheteur se fonde sur des critères qui peuvent être notamment :

  • la qualité,
  • le prix,
  • la valeur technique,
  • le caractère esthétique et fonctionnel,
  • les performances en matière de protection de l'environnement,
  • les performances en matière de développement des approvisionnements directs de produits de l'agriculture,
  • les performances en matière d’insertion professionnelle des publics en difficulté,
  • le coût global d’utilisation,
  • les coûts tout au long du cycle de vie,
  • la rentabilité,
  • le caractère innovant,
  • le service après-vente et l’assistance technique,
  • la date de livraison,
  • le délai de livraison ou d’exécution,
  • la sécurité d’approvisionnement,
  • l’interopérabilité et les caractéristiques opérationnelles.

D’autres critères peuvent être pris en compte s’ils sont justifiés par l’objet du marché.

Les acheteurs et les autorités concédantes respectent le principe d’égalité de traitement des candidats à l’attribution d’un contrat de la commande publique. Ils mettent en oeuvre les principes de liberté d’accès et de transparence des procédures, dans les conditions définies à l'article L3 du code de la commande publique .

Sous-critères de la valeur technique d'une offre

Si l'acheteur décide d'utiliser des sous-critères, notamment pour juger de la valeur technique, il doit porter à la connaissance des candidats la pondération ou la hiérarchisation de ces sous-critères, dès lors qu’ils sont susceptibles d’exercer une influence sur la présentation des offres ainsi que sur leur sélection (CE, 18 juin 2010, commune de Saint-Pal-de-Mons, n° 337377).

Compléter une offre en produisant un mémoire technique manquant ?

Le délai octroyé par le pouvoir adjudicateur pour compléter un dossier de candidature ne peut être mis à profit par les candidats pour compléter ou régulariser leur offre (CE, 4 mars 2011, région Réunion, n° 344197).